Quel est votre type de cellulite ?

Comme de nombreuses femmes (presque 9 sur 10), êtes-vous victime des conséquences de la cellulite ? peau d’orange, capitons disgracieux, manque de fermeté…


La bataille est déclarée.

Votre objectif : faire capituler les capitons qui se sont confortablement installés sur une ou plusieurs parties de votre corps… Mais ne foncez pas tête baissée à l’assaut de l’ennemi. Pour remporter la guerre, mieux vaut connaître son adversaire…

Saviez-vous qu’il existe plusieurs formes de cellulite. Quelles sont les causes de leur apparition ? Comment les combattre ? Apprenez à les reconnaître facilement.

La cellulite,

Mieux connue sous le doux nom « d’effet peau d’orange», ayant comme zones de prédilections les cuisses, les fesses, le ventre, les hanches et parfois les bras.

Elle se caractérise par une augmentation du volume et/ou du nombre des cellules graisseuses situées sous la peau, plus précisément dans l’hypoderme (couche profonde de la peau). Ces cellules graisseuses, les adipocytes, sont comme de petits sacs qui se remplissent de graisse, pour certains jusqu’à plus de 50 fois leur taille.

Voici un schéma représentant ce qu’il se passe :

shemas_cellulite

 

Conséquence de ce phénomène biologique: les circulations sanguine et lymphatique, comprimées par les adipocytes, ne peuvent plus assurer leurs fonctions d’élimination des déchets de l’organisme. Entraînant ainsi un stockage de toxines et d’eau sous la peau.

Résultat : une peau distendue, au relief irrégulier et à l’aspect « capitonné » à l’origine de douleurs, d’inconfort et de complexes !

La cellulite n’épargne presque aucune femme, quelle que soit sa corpulence ou son origine… Cependant, d’autres causes peuvent aggraver la situation :

L’hérédité :
Le nombre de cellules graisseuses et leur taille est en partie déterminé par le patrimoine génétique.

L’hygiène de vie :
Une alimentation trop riche et un mode de vie sédentaire auront tendance à aggraver la cellulite.

Voilà ce qui peut expliquer qu’il n’y ait pas qu’une forme de cellulite universelle mais bien plusieurs. Connaître celle dont vous souffrez peut vous aider à mieux appréhender le problème et à tenter d’agir avec les solutions adaptées. Ca vaut le coup de s’y intéresser, n’est ce pas ?

On distingue plusieurs types de cellulite, trois ont été identifiées : la cellulite adipeuse, la cellulite aqueuse et la cellulite fibreuse. Une quatrième peut même être évoquée : la cellulite mixte qui est la combinaison de plusieurs. Elles ont des origines et des comportements différents, mais sont très faciles à reconnaître à leur aspect visuel ou au toucher.

Definissez-votre-type-de-cellulite_width1024

1/ La cellulite adipeuse, la discrète :

Il s’agit de la forme de cellulite la plus répandue.

Elle est due à un excès de graisses, conséquence d’une alimentation trop riche et/ou d’un mode de vie sédentaire. Elle a aussi des causes hormonales.

Comment la reconnaître ?
La cellulite adipeuse se loge généralement sur les cuisses, les fesses et le ventre. Elle est visible en pinçant la peau, plutôt molle et non douloureuse.

Les bons traitements :
Perdre les quelques kilos en trop en retrouvant un bon équilibre alimentaire. Eviter les mauvaises graisses, notamment les matières grasses saturées (charcuterie, plats industriels, pâtisseries, sauces …) et la surconsommation de sucres (sodas, confiseries…). Cela ne fera pas disparaître miraculeusement votre cellulite, mais la rendra moins visible !

Côté sport, misez sur des sports d’endurance qui vous aideront à fondre comme le running ou la corde à sauter.

Faites des massages anti-cellulite sur les zones à traiter, tel que le palper rouler, ou à l’aide d’une ventouse minceur qui propose la même action que ce type de massage. A combiner avec une huile ou crème anticellulite.

 

2/ La cellulite infiltrée ou aqueuse :

Elle résulte principalement de problèmes de circulation sanguine et lymphatique (rétention d’eau). Lorsque celles -ci s’effectuent mal, les cellules graisseuses stagnent et les capitons se forment sous la peau.

Egalement un mode de vie sédentaire ou l’hérédité sont souvent en cause dans sa formation.

 

Comment la reconnaître ?
Visible sans avoir à pincer la peau, connue comme « peau d’orange », elle peut provoquer une sensation de jambes lourdes, les chevilles et les pieds ont tendance à gonfler.

 

Les bons traitements :
Le drainage lymphatique manuel pour aider votre corps à éliminer, un massage qui « dégonfle ». Des manœuvres très légères effectuées sur la peau sèche créent un effet de pompage, permettant de drainer les liquides excédentaires et toxines du corps présents dans les tissus et d’améliorer ainsi la circulation.

Côté alimentation, misez sur des plantes qui aident à évacuer l’eau. Contre la rétention, le bouleau est un must, mais il existe des associations spécialement conçues toutes prêtes sous forme de gélules ou encore de solution à diluer dans votre bouteille d’eau et à boire tout au long de la journée. A combiner avec des plantes diurétiques qui améliorent la tonicité veineuse !

Côté sport, en pratiquant l’aquabike : vélo dans l’eau qui propose un aquadrainage grâce à l’action de l’eau sur la peau lors du pédalage, ce qui a pour effet d’améliorer la circulation et de lutter contre la cellulite aqueuse.

3/ La cellulite fibreuse, la plus douloureuse et difficile à déloger :

Si ce n’est pas la forme de cellulite la plus généralisée, la cellulite fibreuse est bien la plus douloureuse et la plus difficile à déloger ! Et pour cause, il s’agit d’une cellulite installée en profondeur et généralement présente depuis longtemps…

Comment la reconnaître ?
Localisée principalement sur les cuisses et les fesses, elle est visible à oeil nu , elle donne à la peau un aspect « gondolé », et l’aspect « peau d’orange » légèrement violacée apparaît sans pincement, dure au toucher et douloureuse lorsque vous la pincez.

Des fibres de collagène sont venus se développer autour des cellules graisseuses anciennes et installées. Le résultat ? La cellulite a durci.

 

Les bons traitements : 

 

Si un équilibre alimentaire est indispensable, il ne suffira pas pour la combattre.

Pour commencer favorisez une diététique équilibrée avec des protéines (œufs, poissons, viandes blanches peu grasses) ainsi que les fruits et légumes de saison, riches en vitamines et minéraux. N’hésitez pas à vous faire suivre par une diététicienne.

 

Des massages anticellulite toniques réguliers, couplés à l’alimentation favorisent la diminution de cette cellulite (commencez à trois séances par semaine).

Attention âmes sensibles s’abstenir, ces massages sont douloureux mais les résultats y sont.

Côté sport, les activités aquatiques du type aquabike sont recommandées. Ainsi que les sports avec un travail en interval training.

Pour aller encore plus loin

– En réalisant des ondes de choc : cette technique consiste à stimuler le métabolisme dans le tissu adipeux grâce à un appareil générant des ondes acoustiques.

– Grâce au lipomassage (ou Cellu M6) : massage mécanique qui agit sur la cellulite et améliore la qualité de l’épiderme.

– Avec des séances de lipolaser : on s’attaque ici à la cellulite fibreuse grâce à un laser qui détruit les fibres responsables de l’aspect peau d’orange.

– Aussi la cryolypolyse, technique simple et non invasive de destruction des cellules graisseuses localisées par l’application d’un froid intense sur la zone à traiter.

4/ La cellulite mixte :

La cellulite mixte est la combinaison de plusieurs types de cellulites. Vous pouvez très bien avoir de la cellulite fibreuse et aqueuse par exemple. Une action est alors à mener sur tous les fronts : alimentation, sport, massages et crèmes spéciales !

Maintenant vous avez les armes nécessaires pour mener à bien votre quête.