Endométriose & massage

Mise à jour 17/11/2020.

Bonjour à toutes et à tous,

J’ai décider d’écrire un article sur cette maladie et expliquer en quoi le massage peut être un outil qui pourra aider d’autres femmes, couples, et familles en souffrance.

Vous avez surement remarqué depuis quelques temps des photos avec le Hashtag #1in10 affluent sur la toile web.

En effet cette maladie mal connue et diagnostiquée tardivement touche une femme sur 10, elle engendre des problèmes d’infertilité chez 30 à 40 % des ses femmes.

Le ventre ou deuxième cerveau

« Avoir la peur au ventre », « avoir une boule au ventre », « avoir le ventre noué », « se mettre la rate au court-bouillon », « se faire de la bile »…
Les expressions populaires montraient déjà un lien entre notre ventre et nos émotions… et à présent les scientifiques leur donnent raison.

Aujourd’hui, nous savons que 200 millions de neurones sont présents au niveau de l’intestin et que ce système nerveux entérique (= partie du système nerveux autonome qui contrôle le système digestif) communique de manière étroite avec le système nerveux central (= cerveau + moelle épinière).

Des études récentes ont suggéré qu’en plus de ses fonctions métaboliques et immunitaires, le microbiote intestinal (=flore bactérienne) prendrait également part à la communication entre l’intestin et le cerveau et influencerait le fonctionnement cérébral.

Les chercheurs se penchent sur les liens possibles entre un déséquilibre du microbiote intestinal et certains troubles psychiques comme le stress, la dépression mais aussi les maladies neurodégénératives (Parkinson, Alzheimer…).

En sachant tout cela apportons une attention particulière sur cette partie de notre corps.

Pour aller plus loin : voir  » l’intestin, le second cerveau « , ce documentaire passe en revue les recherches les plus récentes menées sur l’intestin (à découvrir via le site d’Arte).

Découvrez en quoi la massothérapie est un allié précieux pour votre ventre

La cicatrisation

Que ce soit après une blessure, ou une opération, le processus de cicatrisation naturel du corps se met en place.
Il peut néanmoins laisser des adhérences pouvant causer de la douleur, un manque de souplesse ou de mobilité et parfois des problèmes de circulation sanguine et lymphatique.
Cela est dû au fait que le tissu conjonctif des cicatrices (=tissus cicatriciels) n’a pas la même élasticité que le tissu original.

En effet au moment de la cicatrisation, des bandes fibreuses vont former une sorte de toile d’araignée.
La formation de ces fibres peut prendre de très grandes proportions, et relier entre eux des tissus ou des organes qui ne devraient pas l’être, venant compacter ceux-ci les rendant alors moins mobiles.
Un phénomène qui devient dangereux quand il survient dans l’abdomen (par exemple après chirurgie viscérale, cœlioscopie, ou chirurgie gynécologique).
Résultat : elles peuvent venir étrangler un viscère, et provoquer une occlusion intestinale.

L’endométriose

Maladie chronique causée par le développement d’îlots de tissu semblable à celui de la muqueuse utérine (=endomètre).

Ce tissu endométrial, se développe hors de l’utérus sous formes d’adhérences et de kystes dans divers organes ainsi colonisés (ovaires, trompes, rectum, vessie, diaphragme, …).

Les localisations du tissu endométrial ont un développement rythmé par le cycle ovarien et menstruel. Chaque mois, au moment des règles, des micro-hémorragies surviennent au niveau de ces lésions. Le sang accumulé dans l’abdomen ne peut pas être éliminé, et subit une dégradation progressive qui libère des enzymes responsables d’une intense réaction inflammatoire.

L’inflammation est un processus naturel de guérison du corps. Au cours de la guérison, l’inflammation est suivie par les processus de reconstruction pour former de nouveaux tissus, par exemple des cicatrices, qui réparent la zone.

Dans l’inflammation chronique, telle que l’endométriose, ce processus de cicatrisation se poursuit, il continue à construire des cicatrices ou des adhérences, qui ne sont pas nécessaires à l’organisme. Ces adhérences vont venir limiter la mobilité normale des organes et des tissus touchés, et perturber leur fonction.

Comme l’endométriose reste dans le corps, ces symptômes peuvent s’aggraver au fil du temps.

Par le massage profond du ventre, ces adhérences peuvent être adoucies ou libérés.

Si l’endométriose est active, il est toujours possible que de nouvelles lésions se reforment, en raison du processus de guérison chronique qui est en cours dans le corps.

Cependant par l’apprentissage des techniques d’automassage les femmes atteintes peuvent gérer elles-mêmes leurs symptômes.

Comment se déroule le massage du ventre ?

Le massage du ventre, le geste facile qui fait du bien.

Il se commence avec des techniques d’effleurage, puis une pression douce et progressive est appliquée avec le bout des doigts à la recherche des résistances.

Une fois trouvées, le travail s’effectue avec des changements d’angles et de pressions pour étirer les tissus rigides jusqu’à ce que la sensation de résistance disparaisse dans tous les angles.
Pour augmenter son efficacité il se combine avec des exercices de respiration abdominale. Il s’agit de gonfler le ventre en inspirant et de le creuser en expirant, sous la pression des doigts.

Après 2 à 3 séances, vous devriez avoir retrouvé une souplesse globale. Par contre, dans le cas de vieilles blessures avec beaucoup d’adhérences cela pourrait être plus long.

Les Bienfaits :

– réduit les cicatrices et adhérences.

– stimule l’activité intestinale, évite la constipation.

– améliore la circulation du sang et de l’oxygène vers les organes.

– active le drainage lymphatique, et l’élimination des liquides.

– redonne de la souplesse et du tonus aux abdominaux.

– diminue les gazs et facilite la digestion.

– stimule le système immunitaire.

– apaise et calme.

 Important toujours attendre 2h après un repas pour le massage du ventre.

A faire vous-même :

Certains mouvements permettent de soulager rapidement son ventre, cliquez ici pour visualiser la vidéo d’automassage du ventre.

Bibliographie :

– Dr Chevalier Catherine Gynécologue (Thèse sur l’endométriose) à Cagnes sur Mer

– Dr Muller Joël Gynécologue Obstétricien (spécialiste endométriose) à Nice

– Psychologue Clinicienne et docteur en psychologie Mme Sonia GERARD à Nice

– Hypnothérapeute Loetitia Saint-Blanchard à Carros

– Centre CRBMS (centre régional de biologie et médecine du sport) à Nice

– Mélanie Emile Diététicienne nutritionniste, docteur en science du mouvement humain Nice et environ.

– Arnaud BIZZARD Ostéopathe D.O à Cagnes sur mer

– EndoFrance Association française de lutte contre l’endométriose www.endofrance.org

– Endomind Association pour aider, soutenir, valoriser la communication et toutes les initiatives permettant la connaissance et reconnaissance de l’endométriose www.endomind.org